LE CLASSIQUE

Règlement Adapté

http://www.fshe.org

Règlement classique 2008

Classique international

Ski Nautique et Planche Canada tout

www.iwsf.com

www.iwsf.com/index.php

Classique aux États-Unis

Le slalom

On exécute le slalom sur un mono-ski muni d'une dérive d'environ 10 centimètres afin d'assurer la stabilité dans les virages.

Le parcours de slalom est formé de six bouées placées en diagonal, d'une porte d'entrée, d'une porte de sortie et d'un couloir rectiligne pour le bateau. La longueur totale du parcours est de 259 mètres et sa largeur, de 23 mètres. En compétition, les skieurs doivent passer, tirés par une corde de 18,25 mètres, la porte d'entrée, contourner chaque bouée à l'extérieur et passer la porte de sortie. Le skieur compte un point chaque fois qu'il contourne une bouée et passe au-delà de la vague du bateau.

À titre d'exemple, le premier passage pour les hommes s'effectue à une vitesse de 49 km/h, puis ils continuent sans arrêt, cette vitesse étant portée à 52, 55, 58 km/h. Pour les femmes, les vitesses sont de 46, 49, 52 et 55 km/h.

Un concurrent qui manque une porte, une bouée ou qui tombe, se retire avec le nombre de bouées accumulées. Quand les skieuses et skieurs ont atteint la vitesse maximale, on réduit alors successivement la corde de traction aux longueurs de 16, 14.25, 13, 12, 11.25, 10.75 et 10.25 mètres.

Les figures

Les skis de figures sont dépourvus de dérive de façon à permettre des rotations complètes. Ils sont plus larges, plus courts et plus légers que les skis ordinaires.

On exécute les figures à des vitesses variant entre 18 et 34 km/h. On peut donc les exécuter avec une embarcation de puissance relativement faible. Cette épreuve nécessite une bonne connaissance technique des mouvements si on veut en tirer pleine satisfaction. L'idéal est donc de prendre quelques leçons de figures et se procurer un bon livre sur ces exercices.

En compétition, il s'agit, pour les concurrents, de réaliser deux parcours de vingt secondes chacun, pendant lesquels ils doivent exécuter le plus grand nombre possible de figures différentes. Les skieurs choisissent la longueur de la corde et la vitesse du bateau. Les figures sont divisées en deux catégories:

Les Figures sur la surface de l'eau.

Les Figures sur la vague.

Elles peuvent être exécutées sur deux skis ou corde au pied sur un ski.

Les concurrents choisissent les programmes dans la liste de 69 figures reconnues. Plus une figure est difficile, plus elle reçoit de points. Ex: figure la moins cotée, dérapage sur deux skis, 20 points; figure la mieux cotée, double saut périlleux arrière, 1 000 points. La plupart des figures un inverse.

Le saut

Des skis spéciaux sont utilisés pour cette épreuve. Fabriqués en bois ou en fibre de verre, leurs principales caractéristiques sont une très grande solidité et une demi-cambrure dans l'axe. La dérive est faite de matière plastique très résistante.

L'apprentissage du saut demande la participation d'un moniteur qualifié. Dans ces conditions, il n'est pas rare de réussir un saut au 2ème ou 3ème essai. La surface de la rampe est recouverte de cire ou de fibre de verre et doit être continuellement mouillée afin que les skis glissent aisément. La surface du tremplin a une longueur de 7,70 mètres par une largeur de 4,3 mètres. La hauteur de la rampe peut varier entre 1,50 et 1,80 mètres selon les catégories.

L'apprentissage du saut devrait se faire à la hauteur minimum et à une vitesse du bateau ne dépassant pas les 46 km/h.

En compétition, il s'agit de réaliser le plus long saut possible. Pour allonger les envols, les skieurs se placent non pas dans la ligne de l'axe du tremplin, mais latéralement, le plus loin possible à l'extérieur de la vague du bateau. Avant d'attaquer le tremplin, ils doivent en conséquence parcourir dans le même temps une distance beaucoup plus longue que celle du bateau, ce qui augmente considérablement leur vitesse ainsi que la longueur des sauts. Il est à noter que les règlements exigent le port d'un casque-coquille, d'une veste de sauvetage et d'une culotte protectrice.