Tout sur la planche

www.wake2wake.ca  

La Planche au Canada

La planche aux États-Unis

http://www.waterski-wakeboard.ca/wakeboard_whatis_f.htm

 http://www.thewwa.com

 

 

LA RÉVOLUTION DE LA PLANCHE NAUTIQUE

 par  Michel Soucy

 

Habituellement, tout ce qui monte doit redescendre.  Mais dans le cas du "wakeboard" ou de la planche nautique, le contraire s'applique.  En effet, cette nouvelle discipline gagne de nouveaux adeptes plus rapidement que n'importe lequel sport nautique.  Cette popularité montante est justifiable par plusieurs facteurs.

 

Par ordre d'importance, la facilité d'apprentissage vient en tête de file.  Il est en effet très facile pour un nouvel initié de réussir lors de la première tentative, non seulement le départ, mais également certains "trucs".  Les jeunes réussiront souvent, dès les premières sorties, à effectuer autant des "hélicoptères" que des sauts périlleux.

 

Évidemment, le fait que ce sport ait certaines ressemblances avec le "snowboard" ou la planche à neige est un autre facteur amenant une nouvelle génération de jeunes qui n'ont pas nécessairement déjà fait du ski nautique, mais qui voient en ce sport des possibilités illimitées.  L'embarcation requise n'étant pas nécessairement la même que pour le ski nautique, il est fréquent qu'un bateau ne convienne pas à un skieur, alors qu'un adepte du "wakeboard" y verrait une foule de possibilités.  En fait, la vague du bateau n'est jamais suffisamment élevée.  N'oublions pas que le but premier est d'atteindre la plus grande hauteur possible pour effectuer les trucs les plus spectaculaires.  Il est étonnant de constater que le vieux bateau "in-board" que les jeunes avaient eu tendance à oublier est très en demande maintenant...  Peut-être une compensation pour les parents...

 

Finalement, les nouveaux procédés de construction ont énormément transformé ce sport.  Non pas par la haute technologie qui elle, influence les performances en slalom ou en saut, mais par la forme et la légèreté.  De fait, les nouvelles constructions datant de 1991 sont définitivement l'élément qui a tout changé.  Les anciens moules injectés style "planche à voile" font maintenant place au fibre de verre compressé.  Sans oublier non plus les nouvelles fixations fermées (comme en ski nautique) qui remplacent les courroies (foot strap).

 

Dans mon prochain article, je donnerai davantage de détails sur la pratique même du sport.  Il existe évidemment un circuit de compétitions; en plus de la liste des épreuves, j'énumérerai également la liste des "trucs" à effectuer pour permettre, je l'espère, le développement et la croissance des espoirs du Québec.

 

D'ici là, je ne ferai que mentionner que vos genoux ne seront jamais trop fléchis lors d'un départ ou d'un saut de vague lors de l'atterrissage...

 

LES TRUCS À EFFECTUER

 

Nous avons déjà survolé les points importants à respecter pour le départ.  Les nouveaux initiés ont probablement remarqué que la sortie de l'eau est définitivement sans effort lorsque les genoux sont pliés jusqu'à l'estomac pour former un genre de "bloc" qui monte sur l'eau dès que la force du bateau est présente.  En fait, la largeur de la planche permet aux skieurs de flotter très facilement.  Il peut arriver que la sortie de l'eau soit difficile seulement lorsque le skieur cherche à se lever trop rapidement.  Le conseil premier demeure:  il faut garder les genoux fléchis au maximum pour permettre à la planche de sortir de l'eau.

 

L'étape du départ est franchie, il faut maintenant passer à la liste des manoeuvres à effectuer.  En premier lieu, il est important de pouvoir faire le saut de vague et ce, d'un côté comme de l'autre.  Après avoir réussi à survoler les deux vagues du bateau, les trucs de compétition viennent alors en mire.  Certains voudront essayer le saut périlleux immédiatement.  Si la vague créée par votre embarcation est de taille respectable, vous serez étonné de voir comment la hauteur atteinte lors d'un saut est grande lorsque la "coupe" du skieur est agressive.  C'est la beauté du sport;  la première tentative vous permettra souvent de compléter la rotation.

 

Pour les moins téméraires, le revirement avant-arrière, appelé "fackie" est le premier objectif.  Tout comme un ski de figure, vous pouvez faire déraper la planche pour débuter.  Ensuite, on se sert de la vague pour se projeter et effectuer ce revirement avant l'amerrissage.  L'effet spectaculaire grandira selon la distance parcourue dans les airs.  Au passage, certains toucheront leur planche et le truc deviendra un "grab".  Et, dépendant où votre main tiendra la planche, ce "grab" deviendra un "chicken grab" si votre main passe entre vos jambes.  De là, l'imagination aidant, vous pouvez tenter une multitude de figures doubles et même triples.

 

Le périlleux arrière est l'ultime saut pour épater la galerie.  Même en pratique, vos voisins seront aux aguets avec un sourire pour qualifier vos chutes.  Commencez simplement en coupant de votre côté fort, c'est-à-dire celui où vos épaules font face au bateau.  À l'envol, le transfert de poids de vos talons à vos orteils, combiné au lancement de votre tête, vous permettra de "rouler" vers l'arrière tout en gardant vos épaules perpendiculaires à la corde.  Lors de l'atterrissage, si vous sentez le bateau vous tirer de côté, c'est que votre "coupe" était trop grande.  En fait, la façon idéale pour réussir est de pouvoir visionner le tout au préalable.  Votre détaillant spécialiste est sûrement muni de cassettes vidéos expliquant en détails les manoeuvres.  C'est souvent un mince investissement pour pouvoir exploiter le potentiel de votre planche et aussi pour vous faire progresser plus rapidement.  Il ne faut pas oublier que vous pouvez vous aussi "nommer" certaines figures que vous effectuez.   Les noms donnés ont souvent originé de l'inventeur d'une figure.  Le "air-Railey" est un de ces trucs dédicacés.  La manoeuvre est simple:  il s'agit de lancer vos jambes vers l'arrière lors d'un saut afin de devenir parallèle à l'eau.  Évidemment, il faut ensuite revenir en position pour atterrir.  La dificulté est justement de reprendre cette position car vous devez absolument garder une tension dans la corde.  Vous pouvez imaginer la chute si votre corde se trouve sans tension...

 

Sur ce, ne désespérez pas à votre première tentative car lors de la prochaine parution, vous pourrez évaluer votre performance selon les points attribués par figure et, qui sait, partir avec la médaille d'or lors de la prochaine compétition.